Zurück zur Auswahl Patient/Fachkraft

Vivre avec l’Hépatite D

Comment aider un proche atteint de l’hépatite D ?

L’hépatite D peut affecter l’entourage proche de la personne malade en raison notamment de sa contagiosité et de son possible impact psychologique. Afin de faire face aux défis de toute maladie chronique (durable dans le temps), les aidants et les proches peuvent : se tenir informés (au contact de professionnels de santé notamment), rejoindre un groupe de support si nécessaire, connaitre leurs droits notamment auprès de leur employeur pour si besoin aménager leur temps de travail et prendre soin d’eux-mêmes en maintenant des loisirs et moments de détente. 1 

Le psychisme, au cœur de toutes les attentions

Se renseigner sur l’hépatite D, son évolution, les différents traitements possibles ainsi que leurs conséquences physiques et psychiques est un bon moyen d’appréhender les obstacles auxquels tout aidant doit faire face.

Les patients peuvent avoir besoin de recourir à un soutien psychologique afin d’accepter la maladie et de gérer la vie quotidienne. En tant que proche et « observateur » externe de l’évolution de la maladie, il est possible de leur proposer un tel soutien si vous le jugez nécessaire.

Si vous êtes le partenaire du malade, la découverte d’une infection par le virus de l’hépatite D (VHD) peut amener à se poser des questions au sein du couple en raison de la possible transmission sexuelle du virus. Il est néanmoins important de rappeler que l’hépatite D peut être asymptomatique et ne se manifester que plusieurs années après la contamination. 2 Au niveau du couple, la peur de transmettre le virus (ou d’être contaminé) peut entrainer un repli et des troubles sexuels qui peuvent faire l’objet d’une prise en charge médicale ou psychologique. L’utilisation du préservatif est fortement conseillée. 3 

Se protéger, c’est aussi prendre soin d’un proche

Afin de continuer à soutenir un proche malade, il faut soi-même être en bonne santé et se protéger de tout risque de contamination par le VHD.

A l’image du virus de l’hépatite B, la transmission du VHD pouvant se faire par voie sanguine via des objets souillés du quotidien, il est indispensable de respecter des mesures d’hygiène très strictes et éviter de partager rasoirs, brosses à dents, ciseaux, coupe-ongles, pinces à épiler ou bijoux de piercing (liste non exhaustive). 3 La vaccination contre le virus de l’hépatite B protège également de toute infection par le VHD et doit être encouragée auprès de l’entourage des malades.

Sources

  1. Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies. https://www.cdc.gov/family/specialneeds/
  2. Farci P, Niro GA. Clinical features of hepatitis D. Semin Liver Dis. 2012;32(3):228-36.
  3. Haute Autorité de Santé - Guide Affection de longue durée - La prise en charge de votre maladie, l'hépatite chronique B - Avril 2007. https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/guide_patient_vhb.pdf