Zurück zur Auswahl Patient/Fachkraft

Comprendre l’hépatite D

Quels sont les modes de transmission du virus de l’hépatite D ?

Le « réservoir naturel » du virus de l’hépatite D (VHD) est l’homme bien que certaines espèces animales comme le chimpanzé et la marmotte puissent être infectées par le VHD (1).

Le VHD est un virus « défectif » c’est-à-dire qu’il nécessite la présence du virus de l’hépatite B (VHB) pour se multiplier (ou répliquer). La transmission peut être simultanée (VHD + VHB), on parle alors de co-infection, ou peut survenir chez un patient déjà infecté de façon chronique par le VHB, on parle alors de surinfection Delta (2).

Les modes de transmission de ces deux virus sont identiques. Le VHD et le VHB nécessitent un contact, à travers la peau et/ou les muqueuses, avec du sang ou des secrétions corporelles d’une personne infectée. La transmission se fait donc uniquement par voie sanguine ou sexuelle (2). Ainsi, le virus peut se transmettre lors de l’utilisation de drogues (injection ou sniff) ou par l’échange de matériel souillé comme par exemple une brosse à dents ou un rasoir. Le virus peut se transmettre aussi lors d’un tatouage ou d’un piercing. Le virus se transmet aussi lors de rapports sexuels non protégés.

Dans les pays industrialisés, la transmission sanguine du VHD est la plus répandue. La transmission sexuelle du VHD semble moins prononcée que pour d’autres virus comme le VHB ou le VIH. Néanmoins, dans certains pays comme Taïwan, la transmission sexuelle est la voie d’entrée la plus répandue du VHD (1).

A la différence du VHB, la transmission de la mère à l’enfant (materno-fœtale) du VHD est rare (1). Le VHD et le VHB ne peuvent pas être transmis par l’eau ou par les aliments.  

Infection chronique au VHB, surrisque de contracter le VHD

Les personnes ayant une infection chronique par le VHB sont exposées au risque d’infection par le VHD.

Dans les zones de forte présence (Pacifique, Afrique), le VHB se propage le plus souvent de façon verticale (de la mère à l’enfant lors de la naissance) ou encore de manière horizontale par voie sanguine ou sexuelle (exposition à du sang ou des liquides corporels infectés comme les sécrétions vaginales ou séminales) (3).

Le VHB peut survivre au moins 7 jours à l’extérieur de l’organisme, période pendant laquelle il peut infecter une personne non protégée par le vaccin. Chez l’adulte, une infection par le VHB n’aboutit à une infection chronique (prolongée dans le temps) que dans 5 % des cas alors que chez le nourrisson et le jeune enfant, ce taux est de 95 % (3).

Quels sont les modes de transmission du virus de l'hépatite D ?

Sources

  1. Pascarella S, Negro F. Hepatitis D virus: an update. Liver Int. 2011;31(1):7-21.
  2. Farci P, Niro GA. Clinical features of hepatitis D. Semin Liver Dis. 2012;32(3):228-36.
  3. Site de l’OMS consulté le 06/04/2020 et disponible en ligne : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/hepatitis-b